Partir seule en voyage, une folle idée?

Voilà maintenant quelques mois que je m’interroge sur la singularité, que dis-je l’effet « bombe » que peut parfois engendrer l’idée d’une femme seule en voyage.

A bas les préjugés sexistes, les différences paritaires homme-femme, et autre misogynie me direz-vous. Depuis quelques temps, sous l’effet de quelques observations bien marquées et notamment au sein du monde du travail, il ne semble plus seulement s’agir d’une confrontation homme-femme mais bien d’une remise en question du statut de la femme par la femme, de son implication en société, du féminin tel qu’il peut-être perçu dans notre culture « moderne ». Et ce, non plus uniquement par l’homme mais aussi par la femme (oui j’aime tordre le cou aux préjugés).

Le « Deuxième sexe » comme l’avait nommé Simone de Beauvoir a connu diverses révolutions quant à son statut, ses droits, sa place au sein de la famille… Je m’interroge alors sur ces moues féminines tantôt rieuses, tantôt perplexes quant à l’annonce d’un départ seule autour du monde à notre époque. Non, je ne vais pas rédiger un pamphlet rassurez-vous!

L’idée d’une volonté de préservation

umbrella-3571843_1920

En premier lieu, j’ai observé que ce réflexe interrogateur ne provenait pas uniquement de l’homme et son célèbre modèle patriarcal (j’en profite pour vous parler de la série « The Handmaid’s tale » qui marque ce propos, un petit bijou ) mais bien de certaines femmes (oui, oui que trépasse si je faiblis!). Attention, loin de moi l’idée d’une généralisation, je parle bien de ce fait d’une partie de la population féminine.

En effet, ces dernières semblent affirmer qu’un individu ayant obtenu tant de droits, tant de reconnaissance (encore faudrait-il spécifier qu’elles se battent encore et notamment dernièrement avec l’accord du conseil national d’éthique à ouvrir la Procréation Médicalement Assistée aux femmes célibataires et homosexuelles) se doit de conserver une place résolument discrète. Aussi, éviter de voyager et s’exposer pleinement aux « surprises » de cultures étrangères ou tout autre danger, n’est plus une option mais un devoir (Attention Mesdames, prendre l’avion reste cependant un péril sur lequel je pourrais débattre!). Il reste important de constater que toute femme déploie une force de caractère qui lui est propre. De même que le contexte, l’environnement dans lequel elle évolue forge ce qu’elle deviendra.

A ces remarques s’ajoute parfois un profond maternalisme. La plupart d’entre elles étant mères, elles ressentent comme un besoin irrépressible d’exprimer leurs angoisses, de protéger. Une appréhension qui les pousse à s’invectiver face à un tel projet de départ s’imaginant alors leur propre fille se lancer dans l’aventure. L’effort de dissuasion étant tout à fait honorable mais vain.

La peur d’être une femme dans les pays étrangers

syria-1202174_1920

Quelques femmes que j’ai croisées et qui tentent de comprendre ce besoin « fou » de partir, s’imaginent dans une culture assoiffée de sang subissant sévices corporels et psychologiques. Au delà de la caricature, certaines simplement perçoivent l’inconnu comme nécessairement dangereux. Comment les en blâmer lorsque la plupart ne voyagent que peu ou prou. Le célèbre adage « la peur n’évite pas le danger » n’étant pas applicable à tout le monde va s’en dire.

Il est évident que certains pays donnent matière à réflexion notamment ceux où les droits de la femme (et de l’homme plus généralement ) sont encore à l’état embryonnaire voire inexistants.

Je pense notamment à certains pays du Monde arabe et d’autres. Le Dr Denis Mukwege, Gynécologue congolais et détenteur du prix Nobel de la paix, a pu démontrer récemment que les femmes en République démocratique du Congo ne jouissent d’aucuns droits et subissent des sévices atroces. Dans ce pays où les droits de l’Homme semblent ignorés, les violences sexuelles ne sont pas faits sporadiques mais bien monnaie courante.

Rappelons tout de même que la plupart des pays arpentés par les voyageurs sont des nations dites démocratiques ( il me faudrait peut-être converser sur ce point car sous couvert de démocratie, certaines sont parfois totalitaires) où le risque zéro n’existe pas mais où les droits fondamentaux des hommes comme des femmes sont respectés. Le danger est partout (reste une échelle des risques à prendre en compte) que l’on soit dans une cité parisienne, provinciale, proche du Kremlin en Russie ou en Birmanie. D’aucun(e)s boycotteront certains pays, d’autres y verront une manière d’explorer, d’approcher une autre perception du monde.

Seule importe notre vision de l’univers, notre désir de voyager, notre volonté de s’informer. Chacun gère personnellement son baromètre des risques en voyage.

L’individu qu’il soit homme ou femme se doit d’être vigilant, d’écouter son instinct et de se renseigner sur les cultures qu’il va découvrir.

L’idée d’un effet miroir

smartphone-1618909_1920

« On ne fait jamais ni tout ce qu’on peut, ni tout ce qu’on veut. » Citation de Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Se cache souvent derrière certain(e)s critiques ou certain(e)s moralisateurs, une envie de pouvoir faire et agir comme l’autre.

Lorsque certaines m’ont exprimé leur ressenti, je pensais pouvoir y percevoir une certaine tentation d’approcher un sentiment de liberté, d’aventure, d’adrénaline, d’inconnu. La femme dans ce qu’elle incarne l’émancipation, l’indépendance, la témérité, le féminisme ( Oui je me suis donnée sur l’accumulation !).

Il est aussi bon d’y voir à contrario un simple refus de partir, de quitter son foyer, sa sécurité. L’argument du célibat se présente alors parfois comme raison dominante à pouvoir agir et certaines se cachent derrière ce paravent (parapluie? bouclier? enfin derrière quoi!) pour justifier une impossibilité de s’échapper. Sans enfant, sans compagnon, sans attaches, il est nécessairement dans leur esprit plus réalisable de concrétiser ce projet. Rappelons qu’en effet, plusieurs contraintes financières, éducatives, professionnelles peuvent retarder un saut vers l’inconnu mais pas l’empêcher à plus long terme si le désir de partir transcende notre être (oui bon, j’ai peut-être été un peu loin).

Pour conclure, peut-on parler uniquement sexisme et misogynie dès lors que la Femme elle-même entreprend aussi de rejeter l’idée du voyage au féminin en solo, d’une aventure commune à l’homme comme à la femme, d’un désir commun aux deux sexes.

Il est donc important de rétablir une vérité ou tout du moins d’établir un constat, celui de dire que l’homme n’est pas seul à encore envisager une certaine « faiblesse » et une incapacité de la femme à s’auto-gérer dans sa vie d’aventurière ou quotidienne. C’est aussi et beaucoup le fait d’un certain pan de la gent féminine qui appuie dès lors les arguments rétrogrades d’une frange de la population. Sans aller contre le néo féminisme actuel, elles ne tendent tout simplement pas à concevoir une image plus libertaire, assumée de la femme.

Et bien non, partir en tant que femme et qui plus est seule n’est pas impossible, impensable, inachevable, d’autant plus de nos jours. En effet, rappelons que déjà dans les années 1800, Nellie Bly eut l’idée de se lancer dans un tour du monde en solitaire sans l’aide et l’accompagnement d’un homme ou de tout autre comparse. Elle l’acheva en soixante-douze jours.

Ainsi, s’agira t-il d’objecter le fait qu’une demoiselle tout comme un damoiseau (non pas le Rhum mais le jeune homme au temps du moyen âge) peut entreprendre d’assurer sa protection, d’apprendre de l’autre, d’avancer ses connaissances théoriques et pratiques sur le terrain. Cela passe bien sûr par une reconnaissance de caractéristiques humaines et intellectuelles communes aux deux sexes, une acceptation non pas d’une égalité (cela reste un autre débat) homme-femme mais d’un socle commun, d’un partage d’une humanité commune sans asseoir de dominante.

Le voyage d’une femme seule est synonyme d’ouverture, d’émancipation, d’abandon, d’impertinence peut-être parfois (oui, oui, pour certaines ne s’agit t-il pas de provoquer Papa, Maman ou Mamie Janine quand ces derniers tendent à vouloir nous prouver toute l’erreur de se lancer dans l’aventure?).

Voyager en solo, en solitaire, c’est l’occasion d’exprimer toutes nos capacités, nos compétences, nos pensées, nos folies, nos douleurs, notre « moi »…

woman-570883_1920

Et vous, avez- vous déjà ressenti un certain jugement sur votre voyage en solo? Quelle est votre approche du périple en solitaire?

N’hésitez pas à donner votre avis, je serais ravie de vous lire 🙂

A bientôt les Mistouflons !

16 commentaires sur « Partir seule en voyage, une folle idée? »

  • Je pense qu’il est fondamental d’être bien informée et bien préparée. Tu me connais, je suis féministe, indépendante, j’ai beaucoup voyagé seule, y compris dans des pays lointains et « exotiques », et j’encourage les femmes à réaliser leurs rêves. Mais je ne veux pas nier, pour l’avoir moi même subie, la réalité de la violence notamment sexuelle. Ce n’est hélas pas de la paranoia de dire que dans un certain nombre de lieux, une femme seule est une proie, exposée au harcèlement, aux viols, voire au meurtre, et j’encourage toujours à s’informer au maximum, préparer son voyage, prévenir les gens de ce qu’on fait, suivre son instinct, être prudente, se méfier, rester en alerte. Hélas, le monde n’est pas encore égalitaire…

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait, il est primordial de s’informer quant aux lieux que l’on va découvrir. Et en effet, je te connais assez pour savoir que ton expérience est riche et concrète. Je suis entièrement d’accord sur le fait de rester prudente et vigilante. Je le dis d’ailleurs en démontrant aussi la réalité de certains endroits notamment en RDC. Mon propos était davantage de refléter un état d’esprit qu’il soit masculin ou féminin face à l’incompréhension d’un départ seule mais que l’on développe à fortiori les mêmes réflexes de sécurité face au danger voire davantage du fait de notre condition et considération ej tant que Femme dans certains pays. Il s’agit avant tout de ne pas dépasser ses propres limites et de considérer le danger où qu’il soit mais l’aventure en solo est tellement galvanisante ! Merci pour ton retour 😘

      J'aime

  • Je voyage seule depuis 20 ans en vélo ou en kayak. Des voyages au long cours depuis que je suis retraitée. A peu près tous les pays du monde à l’exception de l’Afrique noire. Je n’ai jamais eu d’ennuis et beaucoup d’invitations ce qui m’a permis de connaitre des pays aussi différents que les pays arabes, du sud est asiatique, d’entrer dans la vie des gens de ces pays, un tourisme loin des sentiers battu.
    En tant que femme il est beaucoup plus dangereux d’être marié, combien de femmes chaque année sont-elles tué par leur conjoint ?

    Aimé par 1 personne

    • Heureuse d’avoir ton avis, je pense qu’il reste important d’être sur ses gardes avant tout voyage, d’apprécier les divers dangers, de se renseigner sur les cultures. Mais si nos propres limites le tolèrent, rien n’empêche le voyage sous prétexte de notre seule condition féminine. Le danger est présent et réel et chaque femme à son propre vécu ce qui renforce plus ou moins cette peur. Je souhaitais simplement prouver que tout comme l’homme, la femme se doit d’agir en conscience, d’avancer et de voyager comme elle l’entend.
      Merci pour ton retour ☺️

      J'aime

  • même en 2018 cela parait bizarre à bcp de voyager seule
    en plus en étant femme cela n arrrange pas la chose
    je ne suis pas kamikaze dc je ne vais pas dans des endroits dangereux
    je pense que tout pt arriver n importe où comme je dis svt pas besoin de faire 10 000 kms pr qu il t arrive quelque chose
    si ça doit arriver ça arrivera
    je vis en région parisienne je bosse à proximité d endroits sensibles à Paris mais cela ne m empêche pas de vivre
    il en est de même pr le voyage
    autour de moi les gens sont habitués même si pr certains membres de ma famille c est tjrs difficile qd j annonce partir seule à telle ou telle endroit
    mais ils n ont pas le choix llool
    je me dis que j attendais que Pierre Paul ou Jacques soit dispo pr voyager je n aurais pas vu de si belles choses notamment au Brésil ou en Thaïlande
    pas plus tard que ce soir une amie m a dit que j étais courageuse de voyager seule
    j avoue que je ne vois pas où est le courage
    j en fais pas le truc
    chaqun voit midi à sa porte
    je comprends ceux qui ne peuvent voyager seule
    certains pensent que je voyage seule car je suis antisociale
    ceux qui me connaissent savent que c e n est pas le cas, je suis une éternelle bavarde mais voyager seule ne me fait pas peur
    comme j adore aussi voyager à deux ou plusieurs
    en fait dans l année j expérimente le tout

    Aimé par 1 personne

    • Merci Tania pour ce retour. Je suis tout à fait en accord avec toi sur le fait que la condition féminine ne prédispose à aucun traitement de faveur particulier, à aucune protection particulière et surtout pas à s’entendre dire qu’il faut être « courageuse » pour voyager. Audacieuse certainement, curieuse tout autant, aventurière sûrement. Le danger comme tu le dis bien est une donnée à prendre en compte mais chacune est capable de juger de ce qui est périlleux pour elle, d’avoir de l’instinct, d’appréhender le monde qui l’entoure comme n’importe quel individu. Et je pense que tes expériences sont géniales du moment qu’elles te comblent et que tu prends les précautions nécessaires à ce qu’elles ne te soient pas difficiles. C’est vrai que le Brésil pour toi à eu l’air d’une sacrée aventure, de beaux souvenirs !
      Merci encore 😘

      J'aime

  • Pour mes voyages en solo, je prend le temps de m’informer avec précision sur la destination et sur place, de vivre comme les personnes sur place (horaires, lieux…), ce qui n’exclut pas les surprises. Et Il s’avère que face à une touriste seule, les rencontres sont sympa et enrichissantes.

    Aimé par 1 personne

    • Quels pays as tu visités? Je pense qu’en effet, du moment que nous prenons le temps de considérer les dangers probables, de s’informer sur les cultures étrangères, nous pouvons partir avec un peu plus d’apaisement. Même si cela n’empêchera pas un problème d’arriver malheureusement, le hasard ou les mauvaises surprises font aussi parties du voyage. Et tu as tout à fait raison, les rencontres sont tellement sympas et enrichissantes et permettent un partage. Tu voyages seule depuis longtemps ?
      Merci encore pour ton retour ☺️

      J'aime

      • J ai fait plusieurs voyages seules depuis 4 ou 5 ans surtout dans des capitales européennes. Globalement je ne trouve pas le danger plus grand qu à Paris, la seule chose est de savoir où on va, et surtout de se fondre dans la population : adopter leurs heures, de se renseigner d abord auprès des personnes du lieu de couchages (hôtel, chambre d hôte…) puis s aventurer peu à peu vers la découverte. Au est ce qui te fait craindre le plus ?

        Aimé par 1 personne

      • Oui tout à fait, l’important est de se renseigner un maximum, connaître les différences culturelles pour éviter tout malentendu. Personnellement mes craintes comme tout un chacun en voyage sont multiples car on ne peut nier les dangers mais je n’ai aucune peur quant à ma condition. Le fait d’être une femme n’influence en rien mes choix sinon d’être plus prudente par contrainte sociale et naturellement pour ne pas fauter ou créer de malentendu à l’étranger. Il ne faut pour moi pas créer d’amalgame entre peur,angoisse de l’inconnu et le statut de la femme, ses capacités déployées au quotidien.
        Merci pour ton partage 😊

        J'aime

    • Oui c’est toujours compliqué sur les débuts, il faut se lancer. Mais une fois que l’on a goûté à cette incroyable expérience…On n’arrive plus à s’en passer 😊 Merci pour ton retour ! J’espère te revoir bientôt sur le Blog.

      Aimé par 1 personne

  • Ce que tu soulèves par rapport aux voyages existe aussi dans la vie de tous les jours. être une femme seule, et s’assumer, sortir, vivre, bricoler…etc est encore considéré, même par beaucoup de femmes, comme un acte courageux…ou même inconscient..voir incompréhensible pour certaines. Notre culture judéo chrétienne a la vie dure et les vieux schémas, même malgré l’émancipation de la femme, ont encore de « beaux » jours devant eux.
    Le regard dont tu parles sur les femmes voyageant seules n’est que le prolongement de tout ça..
    Pour en revenir aux voyages à proprement parler, il suffit bien évidemment de ne pas aller se fourer dans certains pays où les droits de la femme sont bafoués…c’est une question de bon sens. Le danger existe partout seul ou à deux. Il y a certains endroits où, même à plusieurs, nous n’irions pas nous aventurer !

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait! J’ai évidement choisi un angle, celui du voyage puisque c’est le thème de mon Blog.
      Comme tu le dis si bien la femme (et ce au delà de la religion puisque par la suite cela s’est transposé en société) semble avoir quitté en France un modèle patriarcal pour adopter une figure de femme objet, une hyperféminisation. Et cela pour différentes raisons dont la principale reste un mercantilisme sexuel qui s’est développé dans les années 60 alors même que l’on souhaitait une révolution, une émancipation. Nous voilà après tant de combats menés et de droits obtenus revenues à de nouvelles batailles.
      En ce qui concerne les dangers, je te donne évidement raison puisque c’était le sujet de dire qu’une femme au même titre que n’importe quel individu peut juger par elle même des périls environnants ( je ne parle pas évidement des drames,violences qui arrivent malheureusement parfois sans prévenir).
      Merci pour ton retour 😊

      J'aime

Les commentaires sont fermés.